Rue Bricabrac

Cher public

Rue Bricabrac, bdsm, chaînes
photo Ebvbaer

EN regardant le top ten, nous avons comparé nos goûts, nos envies. Tu as évoquée la fessée publique. Je t'ai fait part de mes réserves.

Et puis...

J'aurais une tête de chat, ou d'exagérées ailes de papillon autour des yeux, des plumes dans les cheveux et des strass sur les lèvres.
Moulé de rouge, mon corps serait un coquelicot. Ou une amante en vert menthe. Ou bronzée de doré, une statue tout sauf immobile.
En tout cas, personne, sauf un très intime, ne pourrait me reconnaître. Ainsi, j'accepterai cette fausse exhibition.
Au-delà de mon bourreau, tu seras mon gardien, non point geôlier, mais chaperon, veillant à ce qu'aucun centimètre de ma peau ou de mon poil ne soit dévoilé.

Je te donne ma chair comme on donne la main. À toi d'en jouer, de la prêter, de la froisser, de l'énerver, de l'ébahir, de la faire fondre, de la tanner, de l'écarteler. Tu as ma confiance.

Des étrangers me palperaient, me pinceraient, gifleraient mes formes. Je retiendrais mes cris.
Sous le tissu trop fin, ma chair de poule autant que mon plaisir seraient palpables. Je donnerais tout, sauf moi

Plus tard, entre nous seuls, tu éplucheras ma peau de secours, tu me déplumeras comme une alouette, tu arracheras mes ailes en embrassant mes cils et tu dessineras du doigt ou de la langue la géographie colorée que ces étrangers attentionnés auront laissée, en souvenir d'une mascarade. Et ton sexe trouvera un chaud fourreau. Et ce n'est qu'en ces terres intimes que ma jouissance pourra éclater.

tags technorati :


Des maux, des mains et des images (Top Ten modern)

J'AIME particulièrement la manière, qui me rappelle certains de mes tortillements auprès d'amants vanilles, dont Dina Meyer en shorty bleu (Federal Protection - 2002) agite le derrière pour aimanter la main de son compagnon, sans parler de son regard à la caméra quand il commence à comprendre de quoi elle a vraiment envie. (Oui, Dahlia, on est d'accord, le summum de l'érotisme, c'est La secrétaire)

Parfois, ça marche. Ensuite, le tout est de reproduire et d'amplifier l'action.

Pourquoi donc ce blocage, sauf entre affranchis ? Pourquoi est-ce parfois si difficile de demander, sur l'air princier et ténu du "Dessine-moi un mouton", "Donne-moi une fessée, s'il te plaît, inonde-moi de ces attentions brûlantes qui étanchent ma soif, amène-moi au don, au cri, aux larmes, laisse aller ta main, ton bras, ton élan. Prends ton pied sur mon corps en l'écoutant résonner. Laisse-toi gagner par mes vibrations, chauffe-toi en me culorifant !"

(Spéciale dédicace à I***)



Miscellanées liées de juin

Rue Bricabrac, bdsm, misc
Alyz

IL fait chaud, les risques d'incendie nous guettent, il est temps d'acquérir ce livre tellement typiquement américain sur les dangers des donjons et comment agir okazou. Écrit par une figure de la scène sm de San Francisco, Jay Wiseman, dont la péremptoire compagne Verdant, bien connue de ceux qui fréquentaient alt.sex.spanking il y a 15 ans (et peu avare de conseils sur comment désinfecter sa cravache), on y retrouve ses habituelles préoccupations très très safe. Tellement que s'en devient drôle plus que dissuasif.

Il fait toujours aussi chaud, c'est le moment de sortir ses tee-shirts. Pourquoi pas celui-ci, qui permet de prendre un homme en otage sans le moindre risque. Et d'afficher la couleur (il y en a des centaines sur ce site, quelques autres assez amusants comme la fille en hot-dog, cul levé, jeu de mot sur doggy style).

On peut aussi aller reprendre un coup de chaud, mais au moral, au Cabinet des Curieux, un beau lieu qui reprend l'idée des cabinets de curiosités, en l'axant sur l'érotisme bizarre. On y retrouve quelques chouchous de la rue (Akiza, Anxiogène), et les univers sublimes et inquiétants d'Alyz et Natalie Shau. Tous ces artistes sont originaux, singuliers, jeunes, tordus et attisent en effet la curiosité.

Pour se refroidir les idées, ce gode caméra qui permet de se donner du bonheur tout en permettant à un partenaire gynéco refoulé de voir l'origine du monde comme même Courbet ne l'avait pas pensée.

Écologie oblige, un petit coup de Green Porno made in Isabella Rossellini, Sex to die for, hilarant, sur Youtube en attendant que les Français puissent le voir sur le site de Sundance.

Et puisqu'on est dans le cinéma, direction la cinémathèque dare-dare pour profiter du cycle Jess Franco, et tout à l'heure de son Sadique Baron von Klaus. Y a la clim'. Heureusement, parce que Franco est un spécialiste des adaptations kitsch de Sade, des prisons de femmes et du gore-érotique, le tout à grand renfort de zoom et sans un rond.



J'ai l'oreille qui fourche

Rue Bricabrac, bdsm, fessée
photo Red Charls

QUESTION rouge...

La radio en bruit de fond, en attendant les informations.

La voix de Louis Bozon

Il a été fesseur

Je tends l'oreille, je rembobine mon esprit. Qui donc ? Fesseur ? Qu'on me le présente. Dare dare. Et que ça saute !

Louis Bozon aide un candidat muet, parle de la Reine.

En fait, le fesseur est un fait Sir. Avé l'assent.

Sir Fesseur, joli pseudo pour un faiseur.

Encore raté.

tags technorati :


L'attache et le moment (part 2)

Rue Bricabrac, bdsm, chaînes
photo Venive

ÊTRE attachée, c'est épuisant.
Je lutte contre ces liens qui m'empêchent de te toucher, de me toucher, de me mouvoir. Mais pas de m'émouvoir.
Je peste contre ces cordes qui me râpent, m'écorchent, m'obligent à me soumettre. Pourtant, elles sont mon bel alibi.
Je mords mon mors, mes dents sont devenues de lait, mes muscles sont courbatus, ma révolte ne gronde plus.
Je suis à bout, pas tabou et prête à tout.

tags technorati :


Vade Retro

Rue Bricabrac, bdsm, monothéisme Des fois qu'il y ait encore quelques obscurantistes qui passent par ici... Évidemment, la croix peut aisément être remplacée par une étoile de David, Histoire d'O, un croissant, le petit livre rouge....

(Oui, c'est la saison des blogues de feignasse !)

tags technorati :


Silky sulky

Rue Bricabrac, bdsm, publicité

MOI qui pensait que les courses de chevaux, c'était Epsom, derby et habit, ou prix de Diane, chapeaux et griffes, ou même, tous les goûts sont dans le sm, les pony-girl, mors en or et sabots stilettos, je suis assez désappointée que le cheval national ne me propose pour me faire rêver que de cravacher (en cyan, quelle horreur) un cassoulet pour me retrouver un vendredi soir devant une timballe de courgettes et des jockeys, avec un beauf repeint en pseudo-chi.

Et Guy Roux en icône fouetteuse, ce n'est pas ma vision de l'éclate. Paris-Vincennes a tout oublié de son château, ma parole !



Depuis le temps que je le dis !

Rue Bricabrac, bdsm, chaises

OU plutôt occupez-vous de MES fesses !

On pourra ensuite parler de ce qui a commencé, le siège ou l'arrière-train, la main ou le cul, ce sera philosophique.

(J'ai plusieurs modèles de chaises, si cela a quelque importance pour le déroulement de l'histoire.)

tags technorati :


Histoire d'O...mbre (à la pêche aux voix)

Rue Bricabrac, bdsm, XXXB

RAPPELLE-MOI ou rappelle mon répondeur et parle plutôt ? S'il n'a pas la voix, il a la ligne, et elle pêche pour du son (et balance sa 2e annonce du mois 9 jours après la première, un record de brièveté, oui, je compte aussi, c'est contaminant, les compulsions).

J'aimerai entendre ce que ces messages dessinent en creux, le compte-rendu des trops rares rencontres, le goût de cet amour, la couleur de ses yeux, la saveur de ses baisers.

Hier, à côté de l'annonce, une autre pub qui fait parler le fouet (la qualité est à iech, c'est du papier libéré, et pas glacé double face). L'équivoque est telle (et l'humour fort peu apparent, sauf à penser qu'il suffit de dégainer le singletail pour marquer son esprit décalé) que l'on peut se demander si cet institut qui a pris comme emblème cette feignasse de lézard ne forme pas le manager sarkoïdal, celui qui use du knout pour engager ses troupes à travailler plus pour gagner pas grand chose.

Rue Bricabrac, bdsm, publicité
tags technorati :


L'attache et le moment (part 1)

Rue Bricabrac, bdsm, chaînes
photo Rod99

ÊTRE attachée, c'est reposant.
Le poids des chaînes rassure comme le ferait un drap. Elles protègent comme une armure, veillent sur le sommeil, complices de rêves plus libres que jamais.
Elles entourent commes les bras d'un amant, elles serrent juste ce qu'il faut à chaque systole, et le cadenas renvoie les battements du coeur.
Elles me disent que je suis en sécurité, comme un trésor bien gardé, elles sont des bijoux, je m'en sens l'heureux joyau.

tags technorati :


La jupe qu'il te faut

Rue Bricabrac, bdsm, chiennes

LE temps peu clément ne permettant pas aux chiennes d'aller cul à l'air comme il est habituel l'été, et comme j'aime rendre service aux espèces protégées, voici une adresse tout ce qu'il y a de chou, qui propose quelques petits modèles de jupes (mais aussi de colliers dorés et strassés, de laisses à motif dentelle dans un rose qui ferait vomir une pouponnière et de pendentifs en forme de couronne qui feraient un joli piercing sur les bijoux de famille) tout ce qu'il y a de seyant.

On n'en fera jamais trop pour ses chiennes. Qui sont, c'est connu, les meilleurs amies des hommes. Au contraire des femmes.

(À titre personnel, et hors des blagues bdsm alacon, si j'étais MAM, je rajouterai un petit article à sa loi contre les chiens méchants, l'obligation pour les pit de porter le petit débardeur marcel et les rot le pantalon turquoise avec le collier star. Avec un peu de veine, il bouffera son maître qui essaye de lui enfiler ces monstruosités.)



Réalité 3 - 0 Rêve

Rue Bricabrac, bdsm, angoisse
photo Dream Traveler

LA machine à rêve s'est enrayée, prise dans les filets plombés du réel. Petit à petit, ce salaud de réel, avec ses grosses bottes boueuses de para a piétiné la boîte à fantasmes, sur l'air de c'est moi que vlà. Il a posté ses sentinelles au coin des paupières, et dès que l'iris coulisse parce qu'une image lui fait de l'oeil, les cerbères crient "pas de ça ici" et aboient pour chasser les idées rose, pourpre, violette et rouges. Et les rouages du quotidien fuligineux donnent un tour de vis en sus, la fille de l'air manque d'oxygène.
Alors quand je vois une corde, je pense aux pendus, une cravache au prix de Diane et des menottes à Brice Hortefeux. Je ne sais même plus si je vois la queue de mon chat. Pourtant, elle ressemble à un serpent à sonnette.

Cauchemar.

Je suis comme une traction avant sans manivelle.
La manivelle n'est pas loin, pourtant, elle est posée là, à quelques mètres.

Dès que quelqu'un essaye de tourner la manivelle, comme un vieux diesel, je tousse, je crache, je tressaute et je m'affaisse. Le tourneur s'épuise, ne tourne alors que les talons et repart en râlant.

Les branches tortueuses du matériel m'ont enfermée, et je n'arrive plus à m'évader. Engeolée dans les contingences, j'attends le roi des fantasmes dans sa montgolfière, le marchand de salades salaces sur son nuage, un sorcier bien aimant au nez qui s'allonge, un Merlin à machette qui débroussaille la forêt et dérouille la belle au bois durement.

Ce n'est pas un conte de fées, juste un conte d'apothicaire qui aurait une poudre de perlimpanpan pour oublier un peu, beaucoup, à la folie... jusqu'à retrouver le pays d'Onirie.



Histoire d'O...mbre (brièvement)

Rue Bricabrac, bdsm, XXXB

Cette année, XXXB pose ses congés très en avance, et fait preuve d'un rare laconisme. Bonne nouvelle, elle est juste un peu seule sans lui.

Je fatigue.

tags technorati :


jefouette.com

Rue Bricabrac, bdsm, fouetter

SERAIT-CE Babette qui repointe le bout de son nez ? Non, Babette a fini de fouetter, de lier, de battre et si elle a repris son tablier, c'est pour dévorer les filets mignons des garçons.

C'est un fournisseur d'hébergement registrar à ses heures qui file la métaphore tantôt crémière tantôt bdsm. Il a donc déposé les deux noms de domaines jaimefouetter.

Mais avis aux amateurs, jaimefouetter.org est toujours disponible, ainsi que jefouette, en .com, .fr, .org, et même .biz. Reste à savoir si le jefouette voudra dire j'ai la trouille, je pue ou je suis le roi du bullwhip. Avis aux amateurs de noms de domaines explicites !

(Merci à Monsieur Bélino de lire "L'ordinateur individuel".)

tags technorati :


Une épine dans le pied

Si jamais le coussin ne suffisait pas à faire oublier toutes ces femmes en sneakers, baskets, charentaises et babouches, voici l'ultime objet branlatoire, le "it foot", le deux en un (non point deux pieds, mais ça existe aussi), le pied sans la tête, le talon sans l'estomac, le fetish réduit aux acquêts pour le footlover au taquet.

Quand prendre son pied équivaut à lui faire du rentre dedans. C'est plus du sexe, c'est du Devos. Le corps morcelé n'en a pas fini d'avoir des horizons qui déchantent. (Plus laid, ça va être coton.)

Rue Bricabrac, bdsm, fétichisme pieds
tags technorati :


¶
L'oreille
Juke Boxabrac
¶
La peau
Présentation

presque moi
aller Si j'expose mon verso, c'est pour le plaisir d'être jouée. Le masochisme est mon moyen de transport amoureux. Même si parfois je pleure... c'est de vie qu'il s'agit. Et quand tu me fais mal, j'ai moins mal.

¶
Les mots
Flash-back
À lire
¶
L'oeil
Des images pas sages
www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos publiques de Flickr comportant le(s) tag(s) bdsm. Cliquez ici pour créer votre module.
¶
Le cliquodrome
Agrégation
  • allerfil RSS 1.0

  • allerfil RSS Commentaires

  • allerfil Atom 0.3

  • allerfil Atom Commentaires

Meta
  • allerGet Firefox!

  • allerAction Mondiale Contre la Faim

  • allerCombattez les spams : Cliquez ici

  • allerEt la propriété intellectuelle, c'est du poulet ?

  • allerHalte au copillage !

Épistole

aller Si vous souhaitez m'écrire, il suffit d'ouvrir votre courrielleur préféré, et d'adresser le tout à b.ricabrac chez free, en france. (On a le brouilleur de robot qu'on peut, logiquement, les humains devraient décoder.)

¶
Les rubriques
Classement

Parse error: syntax error, unexpected T_STRING, expecting ')' in /mnt/116/sdb/f/6/blogue.bricabrac/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 4305