Rue Bricabrac

Fashion code (conduite fetish)

Rue Bricabrac, bdsm, mode
photo Richard Avedon

EN cette fashion week débutante, je ne sais pas si je vais reprendre ma revue de détail et de bdsm dans la mode, c'est amusant une fois, deux fois, trois fois et encore, ensuite, oui, on retrouvera toujours les mêmes tortures shoes, les corsets, les enlaçages et quelques détails fetish chez Galliano, Gaultier et Givenchy.
La crise ne donne pas non plus très envie de parler de cela, en tout cas pas comme ça.

Cette photo de Richard Avedon qui aura bientôt dix ans, la photo, pas le photographe, où une Malgosia Bela très métallique ne porte qu'un bijou, un pectoral à ses formes, un anti-corset, et un bonnet à pointes, est un joli tremplin pour profiter de ce que des femmes défilent hanches en avant et cuisses croisées, pour penser au corps, à sa nudité ou au dress-code.

Quand les corps étaient couverts et contraints, la nudité totale était un éblouissement, une rareté, les hommes guerriers prenaient les femmes comme ils montaient à cheval, bottés et culottés. Quand la nudité est devenue banale, on a vu des hommes jeunes avoir le fantasme de cocottes en bas, dentelles, froufrous. Dans les clubs, le pantalon de cuir ou le bustier sont un minimum.

Ce soir, je vais m'endormir en me demandant si je te préfère à moitié déshabillé, nu ou en pirate. Et demain, j'essaierai de réfléchir à tout cela.



Facétie (fessée-ci)

SELON une enquête américaine, les enfants qui auraient été fessés présentent un QI inférieur à la moyenne.

Hum, je me demande si certains adultes eux non plus...

Rue Bricabrac, bdsm, donjon

(Cette bêtise a été réalisée grâce au squirrelizer et à la lecture d'Écrans.)



Pink my dungeon

À la demande de soumise Barbie, très exigeante sur le code couleur et totalement ignorante de la ringardise du total look, Maître Ken a repeint le donjon en rose.

Rue Bricabrac, bdsm, donjon

Alors, on rit, ces cuissardes, cette chaise de contention, ces martinets invariablement roses, du rose le plus layette qui se puisse trouver, ne sont-ils pas ridicules ? La même chose en noir aurait-elle suscité l'admiration (pas autant qu'en pourpre, violet et vert, mais j'ai rencontré peu d'adeptes du color blocking dans le sm), quelle veine tout de même, avoir une pièce dédiée à nos jeux ?

Et si dans le fond, ce rose mettait le doigt (comme l'aurore) sur ce qui cloche dans la scène, le sm comme un théâtre, forcément. Il faut passer de l'autre côté du miroir, pas question de mélanger, c'est inacceptable, par les gardiens du temple, par les dogminateurs frais émoulus, par les psys. Le mélange, c'est la confusion, c'est une dimension en moins, c'est petit bras, que sais-je.

Alors oui, quand on ne franchit pas les portes du donjon, il arrive qu'on finisse la nuit, pourtant riche de promesses de chanvre et de cuir, de cris et de râles, à pleurer... de rire, parce qu'on n'est pas sérieux, qu'on n'a pas planté le décor, que le monsieur n'a pas son pantalon de cuir et son sérieux de pape et la dame est sans bâillon ni harnais. Et qu'on n'est pas sérieux...

tags technorati :


Le cul à l'envers

Rue Bricabrac, bdsm, maux d'amour
tableau Magritte

J'AI le souvenir de t'avoir donné mon cul (synecdoque) et mon coeur, mais en me regardant dans la glace, je me demande ce que nous avons fait (ou pris) hier soir.

tags technorati :


Dernière après-midi d'été

Rue Bricabrac, bdsm, maux d'amour
photo Red Charls

L'ÉTÉ n'en avait plus que pour quelques heures. Les premières feuilles mortes au sol, les dernières mirabelles rescapées du marché dans un sac en papier. Les nuages qui s'écartent, le store que l'on baisse, et comme une envie de faire l'école buissonnière.

L'heure de la sieste dans des contrées plus méridionales, je m'allonge, provocante. Tu me rejoins rieur. La veille, nous avions joui ensemble en évoquant nos envies du lendemain soir, des cordes comme ci, une tawse comme ça. Rien de tout cela cette après-midi. Tu frappes avec grande force, profitant de mes vêtements. Je ris de bonheur tant ceux-ci répercutent les ondes. Ou alors, dans les champignons sauvages du déjeuner, il y en avait des pas ordinaires.

Je vibre, tu bandes. Je rougis, tu transpires.

Nous sommes à moitié nus et les ondes nous rapprochent, nous relient, tu lèves le bras, je tends ma croupe, tu l'abats, je me creuse, et on recommence, à l'envi, quelle envie.

Je n'ai pas dormi, tu ne t'es pas reposé, je suis repartie en danseuse, tu as gardé longtemps, au creux de la paume, l'empreinte de ma chaleur. Car cette fessée improvisée entre deux obligations au bûcher, était solaire comme la planète jaune qui nous faisait de l'oeil entre les lamelles du volet vénitien.

tags technorati :


Moi j'aime l'amour qui fait mal

Rue Bricabrac, bdsm, maux d'amour
photo Jonathan Leder

AVANT de m'intimer la tendre recommandation de l'attendre, fesses offertes, il m'a fait jouir, doigts et bouche concentrés sur mon seul plaisir, me faisant chavirer sur le canapé.

Avant de saisir le premier des trois instruments qu'il m'avait demandé de choisir, un chat aux queues tressées, un strap et un paddle de bois, en souvenir de nos jokaris d'enfant, il m'a caressée et enveloppée avec tout son corps en me rappelant combien il m'aimait.

Quand il a laissé tomber sa main, encore nue sur mon cul pas plus vêtu, les murs ont résonné, j'ai bondi, il a rebondi, moi aussi. La joute a été dure, si l'amour rend aveugle, il ne rend pas manchot.

Après d'autres sons, d'autres jeux, d'autres bonds, d'autres liquides, d'autres liqueurs, nos corps en sueurs pressés l'un contre l'autre, j'ai compris que mon amour avait encore grandi depuis tout à l'heure.

tags technorati :


Fumer et/ou fesser ?

Rue Bricabrac, bdsm, fessée

LA mise en plus très laquée de madame risque de flamber plus vite que ses fesses, mais comment résister à tant de bonne humeur (et la beauté pleine d'allant du mouvement) ?

tags technorati :


Chat à chat

Rue Bricabrac, bdsm, chat
tags technorati :


Ton regard me regarde

Rue Bricabrac, bdsm, bondage
photo Aeric Meredith-Goujon

EN ce moment, sur les photos, ce ne sont ni les marques, ni les mains, ni les courbes, ni les déliés qui m'attirent.
Ce sont les regards qui m'aimantent, me subjuguent, me fascinent.

Ce que j'aime chez cette femme dont je ne vois pas réellement le regard sous la paupière amande mais qui me le fait deviner si bien, c'est sa calme résignation, son abandon mystique. Etirée plus que liée, on dirait qu'elle frôle ainsi l'extase.

Ce regard participe à l'implacable beauté et l'érotisme étourdissant de cette image.

tags technorati :


100 % cochon bis

PEUT-ÊTRE les préférez-vous ainsi, les cochonnes... en liberté, un peu poivrées, on espère pas grippées, et tellement pneumatiques.

Rue Bricabrac, bdsm, cochon
D.R.


100 % cochon

Rue Bricabrac, bdsm, cochon
D.R.

À force de mélanger les genres, de bonder les truies et de laisser les chiennes sortir sans gagball, on bouleverse les écosystèmes et les virus mutent.

Grouik. Cough Cough.



Objet femme

Rue Bricabrac, bdsm, réification

L'INGÉNIOSITÉ de mes contemporains me laisse pantoise autant que perplexe.
Il est vraiment temps, cette "installation" n'est qu'un exemple parmi des milliers, de créer un concours Lépine du bdsm.
Tant de créativité qui ne demande qu'à s'exprimer et être reconnue.



Pause strap

LE temps d'aller fumer une cibiche dehors, tu m'as laissée, le strap en équilibre, caution de mon immobilité.

Rue Bricabrac, bdsm, attente
D.R.

Je suis parfaitement détendue, les oreillers sous mon ventre sont autant là pour relever ma croupe que pour favoriser mon bien-être. Un air de printemps souffle sur ce qui reste de piqûre, de brûlure, de meurtrissure, de morsure, et sèche le sucre de tes baisers.

Je n'ai pas le moindre problème à rester sans bouger, à t'attendre et à imaginer le round suivant.

Sinon, gare...

Mais gare à quoi ? À toi ? Ma seule punition, et qui est exclue car ce serait aussi la tienne, même pas cap', consisterait à me relever, me demander de me rhabiller et parler de la crise ou de la grippe.
Que pourrais-tu trouver qui te fasse bander tout en me faisant bondir ?

La tawse écossaise ? Le fouet catalan ? Le latex de Pigalle ?
Oui, certainement, mais après de rares secondes de cri et de colère, je fondrais encore plus, jusqu'au plus profond.

Je crois que je vais bouger.
Pour voir.

tags technorati :


Alimentaire, mon cher Watson

Rue Bricabrac, bdsm, fouet

J'AI beau avoir le bec sucré, là, j'ai vraiment du mal... (et pas mal du tout).

Rue Bricabrac, bdsm, fouet


Big Bonheur is watching you

LE grand bonheur, c'est tout de même, en première comme en dernière instance, ceci.

Rue Bricabrac, bdsm, rouge
photo Alexandre Dupouy

(Si quelqu'un sait qui est le photographe, et aussi où l'on trouve ce genre de robe, je prends les infos, c'est d'ailleurs aussi pour cela que j'ai choisi cette photo très très vue, mais cette dame à un derrière tellement spirituel qu'on ne s'en lasse pas.)



¶
L'oreille
Juke Boxabrac
¶
La peau
Présentation

presque moi
aller Si j'expose mon verso, c'est pour le plaisir d'être jouée. Le masochisme est mon moyen de transport amoureux. Même si parfois je pleure... c'est de vie qu'il s'agit. Et quand tu me fais mal, j'ai moins mal.

¶
Les mots
Flash-back
À lire
¶
L'oeil
Des images pas sages
www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos publiques de Flickr comportant le(s) tag(s) bdsm. Cliquez ici pour créer votre module.
¶
Le cliquodrome
Agrégation
  • allerfil RSS 1.0

  • allerfil RSS Commentaires

  • allerfil Atom 0.3

  • allerfil Atom Commentaires

Meta
  • allerGet Firefox!

  • allerAction Mondiale Contre la Faim

  • allerCombattez les spams : Cliquez ici

  • allerEt la propriété intellectuelle, c'est du poulet ?

  • allerHalte au copillage !

Épistole

aller Si vous souhaitez m'écrire, il suffit d'ouvrir votre courrielleur préféré, et d'adresser le tout à b.ricabrac chez free, en france. (On a le brouilleur de robot qu'on peut, logiquement, les humains devraient décoder.)

¶
Les rubriques
Classement