Rue Bricabrac

Silence, mon agneau

QUAND on roule en Firefox sur les autoroutes de l'information, on bénéficie de tout une théorie d'options utiles ou futiles, mais dans ce dernier cas, tellement décoratives en ce qui concerne les Personas.

C'est une nouvelle peau pour habiller le navigateur. Il y a des petits coeurs et des grosses fleurs, des hommages à Magritte et à Matisse, des graffitis et des sakuras, des filles nues et des talons aiguilles et parfois des filles nues en talons aiguilles. Y en a des très vilaines de manière combler tous les mauvais goûts, y en a des ravissantes totalement incompatibles avec la navigation par onglets, et on peut même en quelques clics fabriquer la sienne.

Entre un tatouage japonais et un coucher de soleil, deux personnes ont choisi ce délicat motif qu'on pourrait appeler "Silence, mon agneau".

Rue Bricabrac, bdsm, geek

Et un seul a cédé à "crème fouettée menottée aux fraises".

Rue Bricabrac, bdsm, geek
tags technorati :


Robbe se Grille

Rue Bricabrac, bdsm, Alain Robbe-Grillet, roman

VENDU sous scellofrais, le nouveau Robbe-Grillet ironiquement, mais justement titré "Un roman sentimental" se présente doublement capoté. Car une fois la fine pellicule de plastique déchirée, c'est un ouvrage non massicoté qui expose son papier crème et épais. Comme plusieurs générations ont perdu l'habitude de ces ouvrages dont il fallait patiemment couper les pages verticalement et horizontalement, l'éditeur a collé un sticker sur la couverture recommandant pour cette dépucellisation l'usage d'un instrument coupant plutôt que ses doigts.

Vient le dilemme : couper patiemment l'ensemble puis lire ou couper au fil de la lecture. Si l'on choisit la première solution, il faut prendre garde à ne pas lire en même temps, une phrase ici, trois mots là. Dans le cas de la deuxième, il faudra éventuellement réfréner son impatience lectrice pour soigneusement séparer les feuillets. On peut aussi choisir une troisième voie, celle du voyeur, et lorgner entre les fentes. Ce qui irait assez bien avec ce livre.

Sulfureux, évidemment. Provocateur, pas moins. Attendu, pour qui connaît l'auteur. Vieux cochon, vu le sujet. Admirable, quelle écriture ! Repoussant, à l'heure du politiquement correct. Bourratif, par répétition. Fatiguant, par overdose de références.

Robbe, dont personne n'ignore le goût pour les tableaux vivants et les fantasmes à propos des jeunes filles, connaît son sm sur le bout des doigts, des sensations, des mots. Il ne manque aucun motif du genre, depuis les sacrifices des jeunes et belles filles chrétiennes par des Romains qui ont dû inspirer la future sainte Inquisition (les vie, et surtout les morts des saintes consignées et compilées par quelque moine pervers peuvent rivaliser sans peine avec ce roman sentimental, sang et mental) jusqu'à l'éducation des filles par leur père et les poupées vivantes. On y fouette, et les coups se nomment cinglons. On y enconne, et le sexe féminin s'appelle sadinet. On y passe de l'Histoire aux contes de fées qu'une Annie Rice n'oserait jamais même penser, se cantonnant à la fantasmagorie proprette. Ici, c'est sale, suintant, barbare, excessif, exagéré.

"Ensuite ma fine lanière de cuir raide s'est abattue dans l'entrejambe selon diverses orientations. La peau, fragilisée par les flammes ayant léché le pubis, la vulve et l'intérieur des cuisses, a tout de suite ruisselé de sang."

C'est du fantasme, juste du fantasme, du fantasme bimaniaque (pédophile et sado-masochiste), mais du fantasme. Qu'il faut impérativement cliver de la réalité. Je ne pense pas que le pédophile de base ait jamais lu Robbe-Grillet, que le maîtraillon à la con qui pense qu'"Histoire d'O" est la nouvelle bible non plus, et que Robbe n'est pas Matzneff. C'est une fiction (où ne manque aucun des thèmes déjà traité dans le roman ou le film par ARG), pas un récit.

Dire que c'est sublimement écrit est un euphémisme. Et quoiqu'on pense de ce livre, il y a quelque chose de troublant : il ne donne pas une seule seconde envie de se branler. Et si on se trouvait devant un authentique ouvrage subversif ? Un pied de nez d'un vieillard qui sait que le temps lui est compté ?

Je n'ai aucune réponse, je ne suis pas sûre de souhaiter recommander ce livre (ou alors à certains, rares, qu'il n'étouffera ni ne choquera ainsi qu'à Marcel, pour la qualité sensuelle du papier et parce qu'en ce moment, il doit ruminer dans les embouteillages), mais je suis heureuse qu'il ait été écrit.



Badine (pas badin, barbare)

J'avais en tête de parler de cette image du film de Fellini, certes moins connue que celle de la très sculpturale (cliché euphémistique) Anita au bain dans la fontaine Trevi, mais qui contribua largement à la tentative de lynchage de Marcello (vous reprendrez bien une cuiller de name-dropping ?). Sur le mode d'autres temps, autres moeurs, ce n'est plus aujourd'hui que cela arriverait, même pas deux/trois intégristes pour égrener leur rosaire devant les salles de cinéma.
La cavale et le voyeur, Rome sur sixties reprenait un petit coup d'orgie, spécialité locale. Je pensais réenfourcher mes dadas de bois, et même ressortir cette photo plus contemporaine de Britney Spears, non point pour faire people, mais pour la position plus que parfaite.

Bref, des propos dominicaux (garantis comme d'habitude mécréant friendly et calotte free) badins, légers, frivoles.

Maudites soient les infos, le badin a laissé place à la badine. Celle aux coups de quoi ont été condamnées (retour de la revanche des effets de bord du tsunami) quatre indonésiennes, ainsi humiliées (plus que sévèrement blessées heureusement) en public pour avoir misé de l'argent aux cartes.

Times, they're changing... Indeed, Bob, on repart en arrière, toute.

Aujourd'hui, je n'ai pas envie d'aimer le fouet.



¶
L'oreille
Juke Boxabrac
¶
La peau
Présentation

presque moi
aller Si j'expose mon verso, c'est pour le plaisir d'être jouée. Le masochisme est mon moyen de transport amoureux. Même si parfois je pleure... c'est de vie qu'il s'agit. Et quand tu me fais mal, j'ai moins mal.

¶
Les mots
Flash-back
À lire
¶
L'oeil
Des images pas sages
www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos publiques de Flickr comportant le(s) tag(s) bdsm. Cliquez ici pour créer votre module.
¶
Le cliquodrome
Agrégation
  • allerfil RSS 1.0

  • allerfil RSS Commentaires

  • allerfil Atom 0.3

  • allerfil Atom Commentaires

Meta
  • allerGet Firefox!

  • allerAction Mondiale Contre la Faim

  • allerCombattez les spams : Cliquez ici

  • allerEt la propriété intellectuelle, c'est du poulet ?

  • allerHalte au copillage !

Épistole

aller Si vous souhaitez m'écrire, il suffit d'ouvrir votre courrielleur préféré, et d'adresser le tout à b.ricabrac chez free, en france. (On a le brouilleur de robot qu'on peut, logiquement, les humains devraient décoder.)

¶
Les rubriques
Classement