Rue Bricabrac

Pink my dungeon

À la demande de soumise Barbie, très exigeante sur le code couleur et totalement ignorante de la ringardise du total look, Maître Ken a repeint le donjon en rose.

Rue Bricabrac, bdsm, donjon

Alors, on rit, ces cuissardes, cette chaise de contention, ces martinets invariablement roses, du rose le plus layette qui se puisse trouver, ne sont-ils pas ridicules ? La même chose en noir aurait-elle suscité l'admiration (pas autant qu'en pourpre, violet et vert, mais j'ai rencontré peu d'adeptes du color blocking dans le sm), quelle veine tout de même, avoir une pièce dédiée à nos jeux ?

Et si dans le fond, ce rose mettait le doigt (comme l'aurore) sur ce qui cloche dans la scène, le sm comme un théâtre, forcément. Il faut passer de l'autre côté du miroir, pas question de mélanger, c'est inacceptable, par les gardiens du temple, par les dogminateurs frais émoulus, par les psys. Le mélange, c'est la confusion, c'est une dimension en moins, c'est petit bras, que sais-je.

Alors oui, quand on ne franchit pas les portes du donjon, il arrive qu'on finisse la nuit, pourtant riche de promesses de chanvre et de cuir, de cris et de râles, à pleurer... de rire, parce qu'on n'est pas sérieux, qu'on n'a pas planté le décor, que le monsieur n'a pas son pantalon de cuir et son sérieux de pape et la dame est sans bâillon ni harnais. Et qu'on n'est pas sérieux...

tags technorati :


100 % cochon bis

PEUT-ÊTRE les préférez-vous ainsi, les cochonnes... en liberté, un peu poivrées, on espère pas grippées, et tellement pneumatiques.

Rue Bricabrac, bdsm, cochon
D.R.


Histoire (presque) sans paroles (Part 1)

ON dirait une idée de drapeau, d'emblème, de bannière revendicative, l'un et l'autre, le paradoxe et l'oxymore pour une harmonie heureuse.

Rue Bricabrac, bdsm, drapeau
photo captain Orange


Arlequinade

Rue Bricabrac, bdsm, arlequin
photo Red Charls

PRISE au piège comme un fauve, dans les filets d'un tourmenteur, elle a cessé de se débattre, et laisse la fine cordelette imprimer ses losanges réguliers.

La chair est faible et le cocon a raison de se tendresse.

Pourqu'elle soit pleinement arlequine, multicolore, il ne reste qu'à appeler la cravache à la rescousse, et de sa langue peinturer chaque losange précisément avec une intensité différente. Blanche la peau caressée, rose la peau pincée, rouge la cravachée, violette la mordue.

Ce qui est un voeu pieu puisqu'il suppose une précision d'enlumineur.
Mais ce serait tellement joli.
Ça vaudrait le(s) coup(s) d'essayer.

tags technorati :


Chroma sm (part 2)

LA suite et fin du chroma, pour ceux qui rêvent en couleurs.

À vos pinceaux ou ce qui en tient lieu. On a le droit, que dis-je le devoir, c'est tellement plus gourmand, de peindre avec les doigts.

Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
tags technorati :


Chroma sm (part 1)

COMME promis, voici la première partie du chroma ès sm, né dans des éclats de rire et des bruits de cravache.

À vous d'inventer plein d'autres belles couleurs à peindre sur la peau.

Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur
Rue Bricabrac, bdsm, couleur

(À suivre)

tags technorati :


Effet d'annonce et de pétales

Rue Bricabrac, bdsm, couleur

LES roses explosent en ce moment, l'année est généreuse, le froid de l'hiver a éradiqué le plus gros des troupes puceronnes. Alors, grosses parfois comme des pamplemousses, de l'ivoire au grenat, les roses sont rutilantes, et pas forcément rose. Et si sur le plan de la raison, ces mots ne veulent rien dire, côté jardin, les pétales me donnent raison.

J'avais, à l'aide de pourpre.com, tenté un nuancier il y a 5 ans, un jour grisou de novembre. Parce que parler de rouge pour des bleus, c'est toujours sujet à caution. J'aime les couleurs, j'aime leurs noms, j'aime leurs différences, j'aime les palettes et pantone est l'un de mes héros. Si j'ai aimé mes marques un jour, c'est à cause de leurs feux d'artifesse sans artifice.

Et puis, il y a deux mois, au détour d'un bleu en vérité noir qui ne me faisait pas plus de mal qu'un rose cuisse de nymphe bien que posé près de l'épaule, j'ai fait la connaissance d'O*** , commentateur amateur de bleus, de rouges et de pourpre.com, à qui il aurait aimé proposer un dictionnaire imaginaire des tons du sm. Au fil des mots, nos goûts de couleurs nous ont conduits à concocter un chroma. Certaines couleurs ont été directement choisies sur la femme qui lui disait encore, plus fort, encore, plus fort. Elles sont vibrantes comme ces pétales.

Lundi et mercredi, ce chroma à quatre mains avec Hermaphrodite sera dévoilé ici.

(À suivre)

tags technorati :


La vie (sexuelle) en rose

Rue Bricabrac, bdsm, sextoys

En lisant les très intéressantes considérations colorifères de Oxtiern, en commentaires des Hématomes crochus, je tente de cerner une nouvelle couleur, quelque part entre le barbapapa et le barbie, le rose sextoy. Dit aussi rose branlette.

tags technorati :


Cacher pour mieux montrer

Rue Bricabrac, bdsm, sextoys

Y a pas à dire, ça fait envie. La mode girlie envahit les sex-shops, pimp my box, j'ai l'air fin du coup avec mon énorme sac-valise Kipling planqué dans le box de Marcel !

26 cm x 13 cm. En rupture de stock ? On y met quoi ? Un pearl rabbit et un foulard ? On le cache dans son armoire à secret, à côté du cahier matelassé et son identique mini-cadenas, caro diaro ? Ou au contraire, il trône car après tout, ces quelques centimères cubes de skaï et de nylon ne sont pas là pour cacher, mais pour se montrer. À la limite, pas la peine de le remplir.

Trop chou pour être malhonnête. Lolita est bien loin.

tags technorati :


LHOOQ

SUIS-JE seule à voir ici notre amie l'immarcescible soumise, se branlant comme une petite fille sur son crazy horse, jusqu'à laisser au sol une flaque de ses humeurs intimes (que je me garderai de nommer cyprine), dont elle glissera quelques gouttes derrière le lobe, comme si c'était du champagne.

La gaine ne fait plus scandale et les ligues de vertu étaient trop occupés à enquiquiner une marque de matelas qui avait eu l'heur, parmi cinq affiches, d'en imaginer une avec deux hommes lovés l'un à l'autre en plein sommeil, pour s'offusquer de cet explicite jusqu'au risible spot porno-chiquissime de David LaChapelle.
Uro, masturbation, sm, femme fontaine, n'en jetez plus !

Bada bing bada boum, piece of cake for sure, et la musique donne certes envie de s'élancer et de chevaucher un étalon, à condition que celui-ci tienne la cravache. Et ne fonde pas trop vite.

tags technorati :


Incertain regard

IL m'arrive encore, quand je m'ennuie sur un tchat, de lire les annonces des autres inscrits, quand elles s'affichent aléatoirement sur la page d'accueil.

Photo assez chaste à l'appui, une jeune femme décrit comment, chaîne à cadenas en guise de ceinture de chasteté light à la taille et au sexe, appareil qu'elle a choisi de porter et d'en confier la clé au d'homme, elle "assume" désormais les regards des nageuses et des docteurs.

En l'espèce, qui regarde qui ?
Est-ce elle qui subit des regards qu'elle invite par son libre choix, en toute conscience, en presque provocation en exhibitionnisme jouissif, ou bien regarde-t-elle les regards de ces gens, curieux ? choqués ? complices ? qui n'ont pas demandé, venus pour l'aquagym ou les bébés nageurs, pour une piqûre de Biotine ou un dites 33, à être informé de sa soumission par des signes extérieurs, au demeurant plutôt gracieux (la chaîne de taille a longtemps été l'accessoire coquet et dénoté de bien des jeunes filles, avant d'être détrônée par le piercing au nombril).

"Assumer".
Hum.
Qu'en est-il vraiment de ces regards... Sont-ils subis, forcés, sollicités, espérés ?

Suivez mon regard.
Philippe Faure, avec sa série des Soubrettes abusives, et la performance autour de sa série de photos, interroge ce regard.

Je préfère personnellement m'attarder sur les photos qui sont visibles ici, pour la beauté du cadrage et de l'ironie, mais c'est la vidéo qui parle le mieux des regards des spectateurs (même si ici, le propos est biaisé puisque les visiteurs sont prévenus de ce qui les attend). Des spectateurs qui en vérité sont plutôt ceux qui sont regardés par les deux créatures qui ne perdent rien de leur perplexité.



Une queue grosse comme le Ritz

Est-ce que je peux ouvrir mon pantalon ?

??? C'est inédit, ça. On ne me l'avait jamais faite celle-là. Mais OK, pour voir, comme on dit au poker...
... c'est ÇA la grosse teube dont tu parlais hier au téléphone ?

IL faudra un jour qu'on m'explique pourquoi des hommes, qui sont de toute évidence pressés de l'exhiber, tiennent à se vendre comme TTBM alors que franchement, ce n'est pas précisément un produit d'appel pour les femmes et qu'en plus, ils sont plutôt dans le registre du TTMM. (Et qu'a contrario, certains soumis jouent de leur modestie comme objet d'humiliation.)

Heureusement, Maître TTTTTBM existe, on a croisé sa trace du côté de la place Vendôme. Raide comme la justice, il n'y a pas à mégoter. Les couilles un peu en désordre, certes, mais tellement très très très très bien monté, qu'avant d'aller prendre possession de sa suite au Ritz, lui et ses camarades de touze ont été obligés de laisser leurs queues sur (la) place. La colonne de bronze en est verte de jalousie.

Rue Bricabrac, bdsm, justice, Frank West

(On me murmure dans l'oreillette qu'il ne s'agit aucunement de symboles phalliques, mais de "Pommes d'Adam" signées Franz West, rescapées de la FIAC pour un mois de sursis. On cherche toujours une corrélation entre la présence de ces, heu, oeuvres et les fréquents voyages en province de Maîtresse Rachida. Les, heu, totems étant partis, elle va pouvoir retrouver sa vue intacte sur Dior et Boucheron.)

tags technorati :


Gnaveu !

Rue Bricabrac, bdsm, Dior, Haute-couture 2007/2008

IL y en a eu des défilés, un vrai carrousel, du prêt-à-porter, de la haute-couture, la femme, l'homme, encore la femme, des créatures, des anniversaires, 20 ans ici, 60 ans là, et des créateurs, mais je n'ai rien gardé, même pas ce défilé d'un jeune invité, dont j'ai le nom sur le bout de la mauvaise mémoire, vers la fin de la fashion week, en rouge et noir... Ça intéresse qui encore, à part Jeanne Mas ? Je n'ai pas envie de ressembler à un mauvais site perso SM avec des couleurs volées à Stendhal.

En revanche, celui-ci, je le veux !

Délicieusement androgyne, hommage à Picasso, il paraît, avec le masque pour le carnaval ou l'anonymat, la taille corsetée serrée au dessus du pouf qui annonce un vrai cul, et ces losanges à qui il ne manque que d'être amovible. Le premier ôté, à la charge de monsieur de colorer la peau en rose. Le suivant, pas forcément son voisin, il obtiendra une teinte plus rouge du bout de la cravache, méthodique. Un troisième losange et les baguettes réclament du bleu mais n'obtiennent que du pourpre. Et ainsi de suite.
Le corsaire enlevé, l'arlequinade sera sur la peau, sur les cuisses et les fesses, ombrées par ce joli faux-cul qui semblera bien pâle.
Avec le loup, il essuiera les larmes.
Avec une lame, il dénouera le corset.

Quant au chapeau, on le réservera pour un autre jeu. Six indices : quatre pattes et deux omoplates.



Déchaînée ! (Bis et Bijouterie)

Rue Bricabrac, bdsm, bague, rupture

ELLE aussi, elle est déchaînée.
C'est une bague Boucheron, de la série des symboles, et qui avait été publicitée par une belle mannequine grimée en Mata-Hari période danseuse érotique exotique javanaise.

Puisque la mode est au rose, y compris pour l'or (pimp me pink),voici un modèle d'entrée de gamme (le modèle usuel a le carré constellé de diamants). Je cherche le déchaînement. Il est subtil. Ou pas évident. Sens dessus dessous Llanneau ? Moebius est passé par là et s'est arrêté en chemin pour écouter un vieux sketche de Rymond Devos ?

En tous cas, c'est un joli nom pour une bague... de rupture (en gras pour ceux qui n'auraient pas suivi les épisodes précédents).

tags technorati :


Rince Cochon

Fêter l'anniversaire d'un dragon de bois un soir de réveillon chinois dans une débauche de plats sichuanais aussi gras que relevés et succulents, ça laisse forcément des traces, année du cochon de feu oblige.

Pour le feu, ma peau qui en a vu d'autres fait très bien disparaître les marques toute seule, mais pour les deux cochons gloutons, il faut voir rose.

Rue Bricabrac, bdsm, Chantal Thomass, cochon, rose

La mère Denis n'y retrouverait pas ses petits, dans ces deux Vedettes barbiesques tunées par Chantal Thomass, fidèle à elle même, liens corsets et rose forever. La première des deux machines n'existe qu'en un seul exemplaire mis aux enchères, la seconde est éditée en 300, pas un de plus.

La vraie paire de manches, c'est comment ne pas salir le satin damassé qui fait de cette machine à laver un meuble de boudoir (ou de pouffoir).

tags technorati :


Mauvais esprit de nouelle (7)

En cette journée internationale de l'orgasme (chais pas comment ils vont faire, déjà, se synchroniser à deux, c'est pas de la tarte et ça en coupe la chique à plus d'un) et de départ en grasses agapes, certaines peuvent se retrouver seules et vouloir quand même participer.

Une solution simple, qui ne demande pas de sortir de chez soi, est le vibro. Mais en ces temps de dépenses, pas n'importe quel vibro ! Le Minx, toujours designé par Shiri Zinn, n'a que des avantages. Son présentoir, pour commencer. C'est vrai, à force de planquer ses godes, on ne les retrouve jamais. Celui-ci, bien installé sur la coiffeuse avec sa queue rose, entre la houpette et le vaporisateur de parfum, les onguents et les brosses, laisse oublier l'objet du délit (le fameux coup dit de "la lettre volée") pour devenir accessoire de déco.
Ensuite, il est facile, pour peu qu'on soit distraite, ou comblée, ou les deux, d'oublier godes ou vibro en fin de piles. La queue de David Crocket trouve alors son usage, celui de memento (l'usage du dit vibro recommande de détacher la fourrure, dont j'espère qu'elle est fausse, pour la branlette, et de ne se servir de la chose complète que pour prodiguer des agaceries avec le vison sur le corps du partenaire).
Enfin, il est silencieux et furieusement bling bling. (239,95 €)

Cliquez-moi !
tags technorati :


Mauvais esprit de nouelle (1)

Le son des jingle bells et la profusion de vieillards affublés d'une surcharge pondérale et d'uncostume rouge ramène à la nouelle, même si on n'aime pas, on ne fête pas, on boycotte, on boude. Cadeau, cadeau, cadeau... je compte les cadeaux pour m'endormir.

Alors, dans une cheminée virtuelle devant laquelle quémandent des torture shoes, il y a des rêves de joujoux chics et surtout chers. Comme disait un jour, cité par Paris Match, journal exemplaire d'information, un participant du bal de la Croix Rouge à Monaco "ici, j'oublie la crise". Rue Bricabrac se met à ce diapason obscène. Ca va être pétasse, bling bling, coûter un bras, même pas faire mal. Mais c'est décidé, Moumoune, on fait péter le Codevi.

Le carrousel aux cadeaux commence par ce qu'on n'ose tout de même pas nommer un martinet, des crins roses tressés comme Mon petit poney et un manche en ébène recouvert de croco. Les longues soirées d'hiver, si mémètre a dû retard, on pourra se désénerver les doigts à tresser et dé(s)tresser les poils rose, qui poussent peut-être comme ceux de Mon petit poney... (249,69 €, création de Shiri Zinn, dont on reparlera ici.)

Cliquez-moi !
tags technorati :


Haut la main !

Anticipant sur la victoire sans conteste de Ségolène Royal aux primaires, une boutique en ligne de produits chics, chers et coquins avait hier finalisé le BAT de sa campagne pub de nouelle.

Rue Bricabrac, bdsm, Ségolène, menottes

Le vocabulaire des élections cousine avec celui du bdsm. On y domine l'adversaire, on gagne haut la main, le perdant est battu. Du sm ou de la guerre... Alors, surtout pour Ségo qui derrière ses cheveux parce que je le vaux bien et son sourire réclame pour othodontiste, a quelques sérieux gènes de dominatrice - les enseignants au taf, les cailleras sous encadrement militaire et le string dans le tiroir mais pas à l'école (elle a même assigné jadis son père pour qu'il s'acquitte de sa pension alimentaire), les menottes, ça ne choque pas.

Mais que pourrait-elle en faire ? A part, comme le laisse entendre le message, coller le nain haineux, s'il perd la main, à un radiateur d'un sous-sol place Beauvau.
Menotter Fabius aux barreaux du lit de la petite Flora pour lui apprendre à garder les enfants ?
S'attacher les soutiens indéfectible du même Fafa et de DSK ?
Les remiser au fond de son sac, pour garder les mains libres ?

Si le petit Nicolas S. était toutefois jaloux de ces jolis joujoux rose mais qu'il n'aime ni la couleur ni la fleur, il trouvera chez ce même chambre69 un ravissant modèle serti de cristaux turquoise (il y a même une cravache assortie pour le nouelle de Cécilia).

Tiens, ce soir, je me laisserais volontiers menotter et malmener, la politique, c'est érotique (assez rarement, tout de même).



Elle voit du sm partout (c'est allégorique)

Rue Bricabrac, rose, piments, bdsm, sm

Il y avait cette rose blanche altière, aux pétales ourlés de vert, symbole de ta "menschitude", comprenne qui voudra. Comme toutes les roses patriciennes, elle avait un gros coeur, une longue tige et pas la moindre épine. Au symbole, il fallait ajouter une métaphore (non pas seulement pour retrouver les lettres s et m, mais pour compléter le tableau et rendre à cette rose trop candide le piquant qu'il lui manquait). Une branche de petits piments rouge colère ferait l'affaire. Le symbole plus la métaphore, et voilà une allégorie de ce à quoi ressemble mon, ton, notre sm.

PS calendaire : En ce jour où les chrysantèmes ont plus la cote que les roses, penser au Cachemire (qui connaît une catastrophe sans précédent mais moins glamoureuse que celle due à un tsunami dans un pays de villégiature sexuelle, jetsetteuse et j'en oublie). Et quand on donne, ici, ou ailleurs, 75% de la somme est déductible des impôts.

tags technorati :


¶
L'oreille
Juke Boxabrac
¶
La peau
Présentation

presque moi
aller Si j'expose mon verso, c'est pour le plaisir d'être jouée. Le masochisme est mon moyen de transport amoureux. Même si parfois je pleure... c'est de vie qu'il s'agit. Et quand tu me fais mal, j'ai moins mal.

¶
Les mots
Flash-back
À lire
¶
L'oeil
Des images pas sages
www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos publiques de Flickr comportant le(s) tag(s) bdsm. Cliquez ici pour créer votre module.
¶
Le cliquodrome
Agrégation
  • allerfil RSS 1.0

  • allerfil RSS Commentaires

  • allerfil Atom 0.3

  • allerfil Atom Commentaires

Meta
  • allerGet Firefox!

  • allerAction Mondiale Contre la Faim

  • allerCombattez les spams : Cliquez ici

  • allerEt la propriété intellectuelle, c'est du poulet ?

  • allerHalte au copillage !

Épistole

aller Si vous souhaitez m'écrire, il suffit d'ouvrir votre courrielleur préféré, et d'adresser le tout à b.ricabrac chez free, en france. (On a le brouilleur de robot qu'on peut, logiquement, les humains devraient décoder.)

¶
Les rubriques
Classement

Parse error: syntax error, unexpected T_STRING, expecting ')' in /mnt/116/sdb/f/6/blogue.bricabrac/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 4305