Rue Bricabrac

Siège ergonomique

IL fut un temps, encore pas si lointain, où je me pensais obsédée, voyant du sm partout, dans les gestes, les textes, les objets et les paysages les plus anodins.

J'avoue que les choses sont têtues, et quand j'interroge un moteur de recherche par images, à la poursuite d'un siège ergonomique de bonne facture et de prix raisonnable, je tombe une réifiée.

Rions un peu avec Google.

Rue Bricabrac, bdsm, bougie
sculpture Allen Jones - 1969


Dîner aux chandelles

LES bougies sont dans le cellier, chéri !

Rue Bricabrac, bdsm, bougie
D.R.
tags technorati :


Empoignade

Rue Bricabrac, bdsm, fesses
D.R.

ENTRE la main et les fesses, il n'y a pas que la fessée. Si l'empoignade n'est pas encore une sous-catégorie, elle n'en demeure pas moins délectable, avant, pendant ou après. Et elle est totalement question de sensualité.

tags technorati :


82%

DES Français seraient favorable à la fessée.

La lecture des commentaires montre que souvent, est évoquée celle entre adultes consentants. Parfois cash, parfois égrillarde.

Rue Bricabrac, bdsm, fessée
D.R.

Je me sens tout d'un coup plus libre de mes mouvements.

(Les sondages et autres enquêtes, ce que j'en dis, hein, selon le JDD d'hier, 2 Français sur 3 désapprouvent le nain du jardin de l'Élysée. Pas au point de réclamer sa tête. Ou son périnée.)



Oh la main !

Rue Bricabrac, bdsm, culotte
photo Sergey Dumik

DE l'intéret de porter une culotte. Sans elle, il n'y aurait pas cette sensation exquise d'une main* étrangère et ferme (mais aussi si familière et douce) qui nous en débarrasse.

* Oui, on en parle partout !

tags technorati :


Le manche et la cognée

CE matin, je ne l'avais pas fait depuis longtemps, je me suis promenée dans des récits.

Dans l'un, tout à fait sensé, bien écrit et né dans un cerveau psychologiquement équilibré, je relève le post-scriptum

Ne perdez pas de vue que les masos sont parfois excellentes du côté du manche...

Elle parle d'elle, évidemment, tandis que je lis pour moi.

Moi et le manche ! Je n'ai jamais su faire sauter les crêpes, je ne pilote rien et la dernière fois que je me suis servie d'un balai, j'ai fait tomber des objets derrière moi, le manche...

Alors, je ne passerai pas de l'autre côté du manche, je ne pense pas que l'envie m'en vienne sur le tard, j'aime mon côté, j'aime trop exclusivement mon côté.

Et elle, sur quelle rive est-elle ?

Rue Bricabrac, bdsm, paddle
D.R.
tags technorati :


Avec ces yeux là !

Rue Bricabrac, bdsm, regard
Aeric Meredith Goujon

IRRÉSISTIBLE regard du soir...

Trop fatiguée pour écrire, mais encore assez vaillante pour rêver.

tags technorati :


Interdiction de la fessée

Rue Bricabrac, bdsm, regard
D.R.

PÉDIATRE sur France-Inter hier, aujourd'hui députée UMP de Paris, Edwige Antier devait manquer d'audimat. Elle a donc décidé de déposer une proposition de loi interdisant la fessée, inscrivant cette interdiction dans le Code civil. "L'article serait lu aux parents lors du mariage." (Sic. Ce qui prouve que dans l'esprit étroit et poussiéreux de cette dame, le but du mariage est avant tout la procréation).

Bon, je sens qu'il est temps de bien faire savoir aux voisins qu'aucun enfant (car cette hypothétique loi concerne leur protection) n'est abrité dans mon appartement.



Journée de la gentillesse (soyons veaux)

Rue Bricabrac, bdsm, fauteuil
photo Araki

VISAGE impassible, à peine hautain, un peu détaché, elle trône sur son siège immatériel, oiseau de paradis à la longue queue kimono.

Suspendue, comme on l'est aux lèvres de quelqu'un qui raconte une histoire particulièrement palpitante, sans que les cordes semblent n'y être pour grand chose, plus légère que l'air, corps sublimé par le défi à la gravité, pudique dans son inaccessibilité, elle s'en balance.

On ne sent pas ici le bondage-contrainte mais la poésie des cordes. C'est comme un effet spécial, une machinerie de théâtre, une pose dans un ailleurs peu pratiqué.

Il est un habile maestro du chanvre, elle est une plume sereine. Cette représentation est toute de gentillesse.

tags technorati :


Fauteuil pour (a)mateur

Rue Bricabrac, bdsm, fauteuil
photo Oleg V. Dragon Semenets

J'avais juste envie de faire une pirouette, simplement une phrase, comme une légende.

Tiens, ça me fait penser que je dois aller chez IKEA.

Et puis, revirement. Outre la beauté de la photo, il y a dans cette position une simplicité admirable. Pas de liens, pas de noeuds savants, pas de connaissance shibaristique demandée. Simplement le plus basique des fauteuils, en plastique de jardin, en métal de square, en bois d'école ou en cuir de bureau.

Il n'a pas été designé comme certains pour favoriser le rapprochement entre les couples, il ne prétend pas être chargé de sensualité (il ne l'est pas d'ailleurs, mais il peut le devenir), il n'a aucune esthétique.

Mais une fois la femme lui faisant face, ses cuisses sous les accoudoirs, la poitrine contre le dossier, venue de son plein gré mais pas près de repartir, l'étroite liaison des deux met en valeur la croupe de la femme et le bel intérêt du fauteuil.

Elle si cambrée, lui tout droit, un raffinement de voyeur.

tags technorati :


The Wall

Rue Bricabrac, bdsm, mur
photo *koukei

NOUS sommes quelques un(e)s aujourd'hui au pied du mur. Jusqu'à l'overdose.



Tu l'as vue, ma belle nation ?

Spéciale dédicace au traître de service dont le nom salirait ma rue.

Rue Bricabrac, bdsm, identité nationale
Dessin Tomi Ungerer

Pièce à rajouter au dossier.

(J'en profite pour signaler aux Parisiens que l'exposition Ungerer de la petite galerie rue Martel est prolongée jusqu'au 11 novembre. Pour les autres, plein d'infos ici.)



Bouche-trou

AVEC le réapparu, le remake n'a pas duré plus de quatre jours. Quelque chose clochait.
Selon lui, il n'avait rien d'un bon compagnon, il lui manquait la complaisance, la gentillesse et surtout, nous n'avions aucun point commun.
Soit.
Après tout, il m'avait réveillée, et je n'allais pas en plus l'obliger à avoir des points communs avec moi.

Et puis un jour, dans ma messagerie, un petit mot. De mémoire, il se proposait, si j'avais envie d'un bon coup, comme ça en passant, surtout que je n'hésite pas à lui en faire part, il serait ravi de... ravi de... de...
... de faire le bouche-trou (il n'a pas employé le terme, c'est moi qui l'ai pensé très très fort).

Rue Bricabrac, bdsm, bondage
photo Ganznormal

Toute occupée à le remercier, oui mais non, de son offre de services que je ne pouvais accepter puisque dans fuck friend, il y a friend, donc obligation de points communs et de gentillesse, je ne me suis pas attardée sur le sous-texte. Who cares ?

Et puis je t'en ai parlé, comme je te parlais de tout, et toi aussi, dans nos échanges quotidiens, alors qu'on se disait encore vous et qu'on ne savait pas encore clairement que nous tombions amoureux l'un de l'autre.

Avec ta franchise rapide, comme pour une équation ou une fracture, tu as réduit le "petit mot" à un seul mot.

Je suis un trou. (Que le boucheur autoproclamé ne voit pas d'inconvénient à n'être qu'une queue ne change rien à l'affaire.)

J'en suis même trois, et si je peux être follement heureuse d'être prise, jouée, bourrée, que l'on me limite à ma seule fonction concave me la coupe. L'envie.
Et l'identité.
N'étant qu'un trou, je ne peux exister, répondre, décider, acquiescer.
(On ne me considérait que comme une queue, ou bras, ou deux bras, une queue, une bouche, ce serait la même chose.)

Avec toi, inutile de le dire, je me sens moi et toi aussi, sans jamais faire le détail.



Tous (les) seins

ET si l'on fleurissait, avec créativité, les vivants ? Si l'on veut faire d'une femme un vase, on lui colle un bouquet dans le con, et comme un beauf, on tweete son trophée. Ou alors, on pense ikebana et voilà, au nom de tous les seins.

Rue Bricabrac, bdsm, bondage
D.R.
tags technorati :


Tiré par les cheveux

Rue Bricabrac, bdsm, ponygirl
photo Terry Turner

AVOIR des cheveux qui n'en finissent pas, des tresses que les garçons pourraient tirer, des chignons flous et fragiles dont la moindre bourrade viendrait à bout, des pâtisseries à la Lautrec, une boucle tombant après l'autre, à chaque coup, une toison souple à soulever pour trouver le creux de la nuque, des mèches trempées de larmes qui cachent le visage, des couettes prises dans une corde de bondage, des belles-poules d'impératrice de Chine, avoir des cheveux qui cachent le corps telle la Godiva de Collier ou la Vénus de Botticelli.

Je ne sais pas si je vais quitter mon déguisement de Halloween.

tags technorati :


¶
L'oreille
Juke Boxabrac
¶
La peau
Présentation

presque moi
aller Si j'expose mon verso, c'est pour le plaisir d'être jouée. Le masochisme est mon moyen de transport amoureux. Même si parfois je pleure... c'est de vie qu'il s'agit. Et quand tu me fais mal, j'ai moins mal.

¶
Les mots
Flash-back
À lire
¶
L'oeil
Des images pas sages
www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos publiques de Flickr comportant le(s) tag(s) bdsm. Cliquez ici pour créer votre module.
¶
Le cliquodrome
Agrégation
  • allerfil RSS 1.0

  • allerfil RSS Commentaires

  • allerfil Atom 0.3

  • allerfil Atom Commentaires

Meta
  • allerGet Firefox!

  • allerAction Mondiale Contre la Faim

  • allerCombattez les spams : Cliquez ici

  • allerEt la propriété intellectuelle, c'est du poulet ?

  • allerHalte au copillage !

Épistole

aller Si vous souhaitez m'écrire, il suffit d'ouvrir votre courrielleur préféré, et d'adresser le tout à b.ricabrac chez free, en france. (On a le brouilleur de robot qu'on peut, logiquement, les humains devraient décoder.)

¶
Les rubriques
Classement

Parse error: syntax error, unexpected T_STRING, expecting ')' in /mnt/116/sdb/f/6/blogue.bricabrac/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 4305