Rue Bricabrac

Amélie, ses gorgées de bière et la route du tag

Si Amélie Poulain aime briser la croûte d’une crème brûlée avec la pointe de la petite cuillère, faire des ricochets sur le canal Saint Martin et plonger la main dans un sac de grains, nous avons tous et toutes des petits plaisirs qui n’appartiennent qu’à nous et nous redonnent du baume au cœur .
Quels sont, comme Amélie, les trois petits plaisirs qui vous redonnent le baume au cœur ?

Rue Bricabrac, bdsm, tag
photo Michelle in Ireland

X-ADDICT m'a taguée, comme on dit maintenant quand on vous colle un mème aux fesses..
Comme il a enveloppé cela de tels compliments que j'en ai fondu sur place, comme en ce moment il fait 30°, je fonds encore plus, et comme ici je ne fais que parler de bdsm, même si parfois tiré par les cheveux, je vais m'en abstenir aujourd'hui, même si faire l'amour est la seule chose qui me tient en vie et qui met vaguement du baume sur ce qui me sert de coeur.

Mes petits plaisirs sont tous régressifs. Ce qui n'étonnera pas ceux qui me connaissent. Il y sera aussi question de cuiller et de grains, très petits.

Le premier consiste à adorer manger à la cuiller. Pour les soupes, chaudes ou froides, j'ai toute une série de grandes cuillers à manches courts, qui ressemblent aux cuillers chinoises, mais elles sont plus épaisses et en faïence. Cette épaisseur, ce poids, ce contact de la terre cuite participent au plaisir du plat. Pour les fromages blancs, yaourts, crèmes, la cuiller sera en plastique, assez petite pour favoriser des bouchées minuscules et un plaisir qui dure, sans aucune aspérité, comme ces jolies (ce n'est pas le mot exact) cuillers de pique-nique, opaques et colorées que l'on trouve parfois.

Le deuxième, c'est de plonger mes mains dans du sable mouillé (celui que l'on trouve non pas en bordure d'écume, mais sous le sable sec), de creuser, de chercher je ne sais quoi, de le sentir sous mes ongles, entre mes doigts, de le pétrir, le malaxer, d'en sentir la fraîcheur humide, le frottement émeri. Quand je jardine, je retrouve un peu de cela, mais il y a des vers en pagaille, et ensuite, il faut une semi-journée et deux manucures pour récupérer des mains de femme honnête.

Le troisième, c'est de me glisser entre des draps épais, un peu rugueux, avec du grain, comme on le dit de certaines photos, frais lavés et sentant encore l'air qui les a séchés, ou mieux encore neuf, et avoir presque l'impression qu'ils craquent comme du papier. Le lendemain au réveil, je chercherai des pieds et mains les endroits encore intacts.

Je ne passe à personne, je mets mon masque et je me tiens à deux mètres. Et j'ai envie de conclure en disant que ce sont de grands plaisirs.

tags technorati :


Ma position préférée

Rue Bricabrac, bdsm, amour
photo D.R.

PARFOIS, on me demande quelles sont mes pratiques. Je réponds toujours en tentant d'expliquer à mon interlocuteur que ce n'est pas en ce sens que se pose la question.

Aujourd'hui, je me demande s'il ne serait pas plus simple de répondre l'amour. Ou ce qu'il est convenu de nommer ainsi.



Maman est en haut...

IL fallait bien que le voyage se termine... Ayant loupé d'une lieue ma zone verte d'atterrissage, j'ai posé la montgolfière sur le toit d'une multinationale. Pour ce retour à la civilisation, il était urgent d'ordonner mes cheveux en pétard et poudrer mon nez brillant de trop de proximité avec la chaleur tant du soleil que du propane.

Direction les toilettes, le chat sur l'épaule et les géraniums sous le bras. Une fois pimpante et rafraichie, je sors et je vois à côté de l'affichette réglementaire du groupe interministériel spécial pandémie, un petit récap maison des gestes à ne pas faire sauf à vouloir gripper l'entreprise. Parmi celles-ci, outre la proscription de serrage de louche et de bise (sic), il est prescrit de respecter une distance de sécurité de deux mètres avec son interlocuteur, ce qui laisse présager des réunions amusantes autant que bruyantes (perso, à ce point-là, la vision conférence et le blackberry pour tous) sans parler de légers problèmes immobiliers rapport à la taille de la cantoche.

Voilà qui va aussi révolutionner les relations sexuelles. Pour le bdsm, pas trop de soucis si je compte le nombre de relations D\s par webcam, et pour le sm, la pratique du singletail (noooooon, pas sur le ficus !!!) va se répandre. Au moment de la conclusion (oui, pour moi, il n'y a pas de sm sans sexe et mon tourmenteur est aussi au moinsse mon amant, au plusse mon amour), nos amis allemands (?) semblent avoir trouvé la solution. Il suffit d'un bon en dehors, d'une (maxi) manivelle et d'un duplex.

Rue Bricabrac, bdsm, H1N1
photo D.R.

Ne me remerciez pas, j'adore aider.



Parler avec les mains

Rue Bricabrac, bdsm, hors-champ
photo Shiver

QUAND les mains ne sont ni jointes ni enchaînées, elles agrippent parfois la cuisse du d'homme, ou un coussin ou les draps.

Elles racontent, jointures blanches ou dos mordu, une histoire parallèle, qui se passe en des contrées plus méridionales. Hors-champ. Une histoire à deviner, à inventer, à jouer.

tags technorati :


Circulez !

JE reçois, en guise de question, cette photo. Stop ou encore ?

Rue Bricabrac, bdsm, bondage
photo Calvato

Je décide de la sauvegarder, et dans le menu contextuel, je vois que je peux en faire un événement, ou une tâche. C'est amusant. Au programme ce soir, donc...

... Dire stop quand on pense pourvu que ça dure toujours, juste pour que l'autre continue mais en étant averti de que l'on défaille malgré sa gourmandise.

... Dire stop, ou rouge, ou cornouailles, ou police, ou joker, parce que tel est le safeword défini en espérant n'avoir jamais à s'en servir parce que l'autre est suffisamment averti et à l'écoute.

... Dire stop parce qu'on s'emballe et que l'on souhaite que son cœur se calme et que son corps se déflamme, pour pouvoir continuer longtemps sans penser stop.

... Dire stop... non, ne pas dire stop, dire et penser encore, encore, encore. Rebelote et banco. Carte blanche et dix de der.

Encore, s'il te plaît.

tags technorati :


Exglusivité

LE bondage 2.0 est arrivé !

Rue Bricabrac, bdsm, bondage
photo Hart-Worx

(Ensuite, tout l'art réside dans le dosage et le mélange)

tags technorati :


Toy's "R" Us

C'EST dialectique mais pas automatique, ce sont toujours les femmes qui choisissent. Pendant une semaine encore, des théories de doms frais émoulus de juillet et qui rentreront dans le rang quand leurs enfants sortiront les cartables, sont à disposition sur les sites de rencontres.

Alors, mes chères, faites-leur donc croire qu'ils mènent le bal. Mais nous savons que ce ne sont jamais que nos joujoux.

Rue Bricabrac, bdsm, Woodstock
Attention, image réalisée avec un trucage !

(Évidemment, s'il est un film à voir aujourd'hui, c'est Les derniers jour du monde, avec entre autres, la très juste description d'une passion masochiste.)



Pour quelques cordes de plus

Rue Bricabrac, bdsm, bondage
photo Cziiki

LORSQUE j'ai vu cette photo, elle m'a immédiatement appelée, troublée, invitée. Je me suis demandé ce qu'elle avait de plus que toutes les autres qui mettent en scène dans des lumières plus sophistiquées et avec des angles plus aigus des femmes pareillement offertes.

Le style parfaitement élégant des liens qui laisse supposer une pratique affirmée du bondage ?
L'abandon parfaitement alangui de la jeune femme ?
Ce corps comme un paysage avec ses vallons pleins de fossettes et ses courbes qui donnent envie d'y mettre les mains ?
Les mains, précisément, dont on voit qu'elles n'ont pas négligé les fesses ?

Ce qu'elle a de plus, ce sont deux cordes.
Deux cordes de rien du tout en haut des cuisses qui, sans aller chercher l'écart latéral et l'exhibition gynécologique, leur interdisent de se fermer.

Deux cordes, tout simplement.

tags technorati :


Times, they're changing

Rue Bricabrac, bdsm, Woodstock
Création Retrofutur

De cette année-là, et ce qu'elle a enfanté, j'ai gardé l'amour déculpabilisé. J'ai compris que ce serait compliqué, un peu secret, mais j'ai réussi à me construire avec mon masochisme, en surfant sur la libération sexuelle.
J'en ai gardé non pas une désinhibition totale, mais les termes de perversion, de vice, de péché, ne sont pas dans mon dictionnaire, et si je sais mes pulsions singulières, elles ne sont ni anormales ni destructrices. Ni même transgressives.

Gimme an F...



Com-pli-ci-té

Rue Bricabrac, bdsm, liens
D.R.

IL m'arrive, souvent, alors qu'aucune contrainte ne m'est imposée, matérielle ou injonctive, de joindre ainsi les poignets.

J'allais dire par réflexe. Non, ce n'est pas un réflexe, je n'ai rien d'une chienne pavlovienne qui se met en position (quel numéro déjà ?) quand elle entend le fouet de son maître.
À l'instar des chats, je suis un animal de rites. Et de gestes. Joindre (ou croiser) les poignets est une approbation muette. Elle dit oui, go, zyva, je suis prête, fais comme chez toi, je m'offre, je veux en ce moment être liée à toi, par toi, pour toi.

Et si, par une douleur frôlant l'insupportable avant que la jouissance procurée ne me tempère, je levais un bras comme un drapeau blanc, je le rapproche à nouveau et très vite de l'autre. Ce n'est pas de la soumission, c'est de la complicité. Dans toute la polysémie de ce mot, y compris la juridique.
Nous sommes complices, de mèche, comme mon avant-bras droit est collé au gauche, quand tu me bats d'ailleurs, nous ne faisons plus qu'un, même si nous ne recherchons pas désespérément la fusion, c'est ainsi, très simplement, très logiquement. Nous sommes une libre ligue, pas de vertu heureusement, indissoluble, non déclarée, une association de bienfaisance mutuelle et nous hissons haut nos couleurs. Pas trop tout de même. Ce serait de l'exhibition.

Et si ma tête repose ainsi, les yeux fermés sans besoin de bandeau, c'est que dans mon égoïsme endorphinique, j'ai baissé le rideau. Si tu es très tendre, tout à l'heure, je te raconterais.

tags technorati :


Sharon et les soumises

Rue Bricabrac, bdsm, politique

EN corset et en couverture de Match, elle triomphe. Désarticulée plus que déhanchée, plastique plus que sexy, Sharon Stone se rappelle à notre bon souvenir avec un look affirmé de tapin domina.

Dommage, elle aurait pu profiter de sa notoriété et de sa capacité à remuer les foules, lancer un appel aux femmes, au rassemblement, affréter des avions charter dans toutes les capitales en direction de l'Iran, du Soudan, débarquer avec des centaines de milliers de meufs et de pédés, habillés sans provocation, mais sans voiles non plus, le string qui dépasse ou le slim moule-bite, le tailleur Chanel ou le polo Lauren, wesh-wesh ou bobo bourge, qu'importe.

Juste pour rappeler, sur ses talons de femme affirmée et prescriptrice, à ceux qui soumettent les femmes au nom d'un machisme religieux et pervers, qui les emprisonnent et les bastonnent parce qu'elles n'ont pas adopté da burka code, qu'ils n'en ont plus pour longtemps à vivre au moyen-âge. Ce serait son plus beau film, plus beau qu'un film.

Mais se faire interviewer par Marc Lévy et retoucher par Photoshop, franchement, c'est indigne. Surtout Marc Lévy.



Silence, mon agneau

QUAND on roule en Firefox sur les autoroutes de l'information, on bénéficie de tout une théorie d'options utiles ou futiles, mais dans ce dernier cas, tellement décoratives en ce qui concerne les Personas.

C'est une nouvelle peau pour habiller le navigateur. Il y a des petits coeurs et des grosses fleurs, des hommages à Magritte et à Matisse, des graffitis et des sakuras, des filles nues et des talons aiguilles et parfois des filles nues en talons aiguilles. Y en a des très vilaines de manière combler tous les mauvais goûts, y en a des ravissantes totalement incompatibles avec la navigation par onglets, et on peut même en quelques clics fabriquer la sienne.

Entre un tatouage japonais et un coucher de soleil, deux personnes ont choisi ce délicat motif qu'on pourrait appeler "Silence, mon agneau".

Rue Bricabrac, bdsm, geek

Et un seul a cédé à "crème fouettée menottée aux fraises".

Rue Bricabrac, bdsm, geek
tags technorati :


Attendre ou attendre ?

IL y a l'attente, celle du premier coup qui comme l'éclair va libérer l'orage et la tension. Elle noue le ventre, elle coupe les genoux, elle cloue le bec. On a l'impression que les secondes durent des heures, que l'air pèse des tonnes.

Rue Bricabrac, bdsm, attente
D.R.

Il y a l'attente, celle du premier rendez-vous qui va briser le cyber et le virtuel. Elle rend prisonnier du calendrier, apprend à compter sur ses doigts, amène à scénariser en vain. Quand le moment se rapprochera, les secondes dureront des années, l'air sera aussi dense qu'un iceberg.

Alors, je pense à l'attente, l'autre, je m'étends, je m'étire, je ...

tags technorati :


Histoire (presque) sans paroles (Part 7)

Rue Bricabrac, bdsm, lit à barreaux
D.R.

JE lui ai dit
(... le lui ai-je vraiment dit ou l'a-t-il lu entre mes silences...)
Dessine-moi un fantasme.

Alors, il m'a posé une question
Devant ou derrière les barreaux ?

Rue Bricabrac, bdsm, lit à barreaux
D.R.

(À toi... évidemment)



Karaoké sm

LE mois d'août sommeille, les esclaves/soumis/masos/punching ball sont en congépés, UCPA ou VVF, mer ou montagne, et les nuits sont calmes. Mettre72 ne sait plus ou se maître, ses signes extérieurs de dominance se sont tus.
Heureusement...

Rue Bricabrac, bdsm, cris

Ou alors...
Maître72 s'est mis dans ses meubles, nouvel appart, nouveaux voisins, qu'en est-il de l'insonorisation ? Plage après plage, volume mezzo ma non troppo, combien de décibels faudra-t-il pour que l'un sonne à la porte, pour que l'autre appelle la maréchaussée ?

Téléchargement libre ici.

(À celui qui me demandait si j'étais vraiment maso et à qui j'avais répondu que je simulais, j'ai maintenant ma bande playback, reste juste à travailler la synchro.)



¶
L'oreille
Juke Boxabrac
¶
La peau
Présentation

presque moi
aller Si j'expose mon verso, c'est pour le plaisir d'être jouée. Le masochisme est mon moyen de transport amoureux. Même si parfois je pleure... c'est de vie qu'il s'agit. Et quand tu me fais mal, j'ai moins mal.

¶
Les mots
Flash-back
À lire
¶
L'oeil
Des images pas sages
www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos publiques de Flickr comportant le(s) tag(s) bdsm. Cliquez ici pour créer votre module.
¶
Le cliquodrome
Agrégation
  • allerfil RSS 1.0

  • allerfil RSS Commentaires

  • allerfil Atom 0.3

  • allerfil Atom Commentaires

Meta
  • allerGet Firefox!

  • allerAction Mondiale Contre la Faim

  • allerCombattez les spams : Cliquez ici

  • allerEt la propriété intellectuelle, c'est du poulet ?

  • allerHalte au copillage !

Épistole

aller Si vous souhaitez m'écrire, il suffit d'ouvrir votre courrielleur préféré, et d'adresser le tout à b.ricabrac chez free, en france. (On a le brouilleur de robot qu'on peut, logiquement, les humains devraient décoder.)

¶
Les rubriques
Classement