Rue Bricabrac, bdsm, masturbation
Fauteuil Denis D. Burlet

6 h 37
La pleine lune éclaire la pièce, je me réveille d'un rêve aussitôt oublié, l'orgasme au bord des lèvres, encore palpitantes.

Je me lève, pas somnambule non, mais presque. Je fonce dans le dressing, fouille dans les sacs et dans un demi-sommeil. Non, pas le cône, pas le canard, trop compliqué de remettre les piles, il faut un tournevis, pas le lapin non plus, je ne veux rien introduire, voilà, bon dernier, celui que je cherchais. Puis les piles, dans le bureau, ouf, il y en a deux dans le chargeur.

6 h 42
La lune s'apprête à ficher le camp de mon horizon. Vite un fantasme. Non, pas lui, je n'en veux plus, même en virtuel. Des hommes sans traits, c'est plus simple, et ce fauteuil, qui cache les reins, mais présente fesses et omoplates. L'un fouette, l'autre suce. Aucun intérêt, pas de sophistication. Juste du résultat, de l'efficacité.

Une fois. Deux fois. Trois fois.

7 h 07
Il fait jour. Je peux me rendormir. Décontractée, fantômes chassés, clitoris endolori. Lui et seulement lui.

tags technorati :