La diffusion sur Canal+ de Rome, une pudding-production péplumesque made in USA, permet de sauter à pieds joints dans une ambiance Néron sur Gladiator. Et pour moi de jouer, encore, à je me souviens...
Je me souviens, ô Rome, de mon enthousiasme enfantin devant les films, non seulement à pirates ou à tricornes, mais aussi à toges et galères. Je me souviens de Cornel Wilde et Victor Mature, d'Hercule contre Maciste, de Gordon Scott et de Serge Gainsbourg en fourbe de comédie et mini-jupe, des couchers de soleil de Mario Bava, même quand il signait John M. Old. Mais je me souviens surtout du claquement des fouets, des notes bourdons des chaînes, des esclaves plus belles que les reines.

Evidemment.

La scène de flagellation était un passage obligé du genre (un peu comme les scènes de café dans les films de Claude Sautet), et ce Rome à épisode emprunte lui aussi ce chemin de cliché où le dos en charpie, le centurion torturé dit à son bourreau qui le détache "C'est déjà fini ? Je commençais juste à m'amuser".

©HBO
Rue Bricabrac, bdsm, Rome Rue Bricabrac, bdsm, Rome

(Allez ensuite empêcher les enfants de penser que tout cela n'est qu'un jeu coutumier, bien moins sulfureux que ceux où l'on se trousse, se retrousse, s'emmêle, s'embrasse entre gens du sexe opposé, et qu'ils n'ont pas le droit de regarder.)

Ce genre de réplique, ancêtre du "même pas mal", litote invitant à poursuivre les sévérités, je l'ai rêvée mille fois avant de la dire. Je crois que je suis toujours capable, dans mon cinéma intime, de scénariser mille situations où je pourrais la hurler, ou la pleurer, tirade tellement plus perverse que le "merci Maître" exigé par contrat et par gonzes sans imagination. Exigez d'entendre "encore", messieurs, tandis que celle qui le gémit ne souhaite que de glapir "stop". Savourons, les filles, le retors sarcastique de la situation (pour des jeux à l'imagination ironique, allez lire les confidences de Mélie, obligée de choisir à l'aveugle ou de compter à l'envers, ou comment une tête-en-l'air se retrouver les fesses à l'air).

Rome est, bonus, une excellente alternative au Mondial. Les hommes ont les cuisses aussi joliment musclées et mises en valeurs que les milliardaires en shorts.

Enfin, dragée au poivre sur le site de Canal+, un quiz qui résume tout l'art d'smer. Quiz Souffrance/Jouissance, ça s'appelle, et il faut reconnaître entre cris et râles. un régal pour ceux qui commencent leur chemin de plaisir, de désir et d'imagination par l'oreille.

Rue Bricabrac, bdsm, Rome

Bientôt, il sera l'heure de m'endormir, dans la torpeur, tandis que les toits relayent les cris des supporters, en me voyant au centre de l'arène, Justine plus que Blandine, mais jouissant comme Juliette, tandis qu'une centurie sévit et s'amuse.
Encore.

tags technorati :